La superfluidité

“Peut-on voir au moins une propriété quantique de la matière à l’oeil nu ? Oui, il suffit de regarder de l’hélium liquide à suffisamment basse température. Je montrerai un liquide qui cesse de bouillir, jaillit en fontaine lorsqu’on le chauffe, s’écoule sans viscosité hors des récipients où l’on tente de l’enfermer (d’où son nom de ” superfluide “)… J’expliquerai ensuite comment ces propriétés surprenantes ont été associées au comportement collectif quantique des atomes, un phénomène connu sous le nom de ” Condensation de Bose-Einstein “. Les différents états de la matière correspondent à différents degrés d’ordre ou de désordre. Lorsqu’un liquide cristallise, par exemple, c’est la position des atomes dans l’espace qui s’ordonne. Lorsqu’un fluide devient superfluide c’est leurs mouvements qui deviennent collectifs. De même qu’un superfluide coule sans viscosité, un supraconducteur conduit l’électricité sans résistance. La superfluidité est semblable à la supraconductivité des métaux. Connue depuis 1937 dans l’hélium, la superfluidité a été découverte en 1999 dans différentes vapeurs alcalines. Nous verrons que la rotation d’un superfluide est très particulière, parce que quantifiée. Dans l’hélium comme dans le rubidium, nous montrerons des images de tourbillons quantiques où la vitesse du fluide est reliée à la constante de Planck. Pour conclure, nous décrirons comment la superfluidité peut servir à mesurer la rotation de la terre, et pourquoi l’on pense que l’intérieur des étoiles à neutrons est superfluide.”

  • Cédric Faure

    en auditeur libre de formation littéraire une question pour etablir dans ma tete une connexion entre fusion froide et reaction nucleaire
    vous parlez d’etat statique de la matiere ou les particules glélés a une température basse sont différenciées a un certain etat d’onde.
    quel est l’impact du champs magnétique terrestre de ces atomes (ou fermions en plus petits) dans les glaces des pôles.
    peut on envisager une reaction maitrisée dans des moteurs de nouvelle generation telle que l’on peut l’observer dans les poles pour une production progressive d’energie d’un etat stable et non chaotique des particules pour injection energétique dans un moteur?
    Pardonnez mon charabia je suis un profane.

  • Cédric Faure

    Une chambre de condensation avec de l’azote liquide peut elle conserver de manière différenciée (comme les travaux de cryogénisation sur la matière organique)

    un gaz comme l’hellium et participer d’un mécanisme de supraconductivité progressive sans déperdition de propriétés énergétiques?

    quel élément peut garantir un état controlé de réaction entre un état stable foid progressivement vers un réaction de type nucléaire (pour production d’énergie) dans un chambre de production d’énergie à échelle d’un véhicule ou d’un centrale d’énergie.

    Un “vibranium” entre ces deux mode de “matières” pour des transitions d’états ? théorie issu de “sciences-comics” (http://fr.wikipedia.org/wiki/Vibranium)

    d’un état liquide et donc inerte à une température ambiante.
    les degrés de températures dans une telle chambre ne poseraient ils pas problème ?

    un tunnel de polarisation progressif associé à la matière à créer que j’appelle ici “vibranium”, a la fois différenciateur de particules de par son pouvoir d’absortion et de filtre tout en étant garant de la régulation, de la cohésion de température générale de la structure habitant le mécanisme, (encore une fois http://fr.wikipedia.org/wiki/Vibranium, théorie purement hypothétique).

    le but exciter les fréquences des fermions et magnétiques pour amener à l’état de supraconducteurs,

    Ce filtre pour garder la particule énergétique et rejeter les non utiles sans explosion de l’ensemble, permettrait à des particules d’impulser dans un état liquide ou gazeux une chambre de réactions controlées.

    Le tout participerait de la motricité du “moteur” (de la cinétique) du véhicule ou des accumulateurs de centrales de production d’énergie convertible ou utllisable ?.

  • Cédric Faure
  • Cédric Faure

    Bonjour, j’ai pensé au comportement du diamant dans ce role d’intermédiaire.

    Pour cela il faudrait se pencher sur le comportement des diamants de synthese

    Le diamant ne gèle pas a la température de l’azote liquide, il pourrait servir de catalyseur et à la fois d’intermédiaire, sur son rôle en devenir, je n’ai pas de réponse.

    A observer son comportement à diverses températures dans vos domaines d’applications.
    J’ai envoyé deux mels à une chercheuse supposée de Lille sur ce sujet :

    ines.bonet@iri.univ-lille1.fr

    Si le contact n’est pas le bon, en avez vous d’autres ?