Category Archives: Type

Navadra : un jeu en ligne pour progresser en maths au collège

Les collégiens français sont parmi les plus anxieux du monde en mathématiques : 73% d’entre eux ont peur d’avoir de mauvais résultats en maths !

Petit à petit, cette anxiété entraîne autocensure, sentiment d’impuissance et démotivation.

Navarda ambitionne de changer la donne.

Gartuit et sans publicités.

Lumière et matière : la physique quantique en action

 

Les Mardis de l’Espace des sciences avec Jean Dalibard, physicien, professeur au Collège de France, membre de l’Académie des sciences.
La compréhension des interactions entre lumière et matière a constitué une étape clé dans le développement de la science et de la technologie. Nous ferons le point sur ce thème d’une grande richesse et aborderons un de ses aspects les plus paradoxaux : la lumière permet de refroidir les gaz d’atomes pour produire une « matière quantique » aux propriétés surprenantes. Ces atomes froids trouvent des applications dans des domaines aussi divers que la navigation, les télécommunications ou encore la géophysique.

En lien avec l’année internationale de la lumière
En partenariat avec l’Université de Rennes 1

Les fondamentaux des marchés publics

 

Achat de fournitures de bureau, de repas pour la restauration scolaire, de prestations de ménage, réalisation de travaux d’entretien de voirie ou des espaces verts, construction de nouveaux équipements, le fonctionnement des services et la mise en œuvre des projets des collectivités territoriales nécessitent la passation de marchés publics. Souvent perçus comme rébarbatifs pour leur côté procédurier et règlementaire par les non juristes ils sont les outils d’un service public de qualité. Ce MOOC, intitulé “les fondamentaux des marchés publics”, a pour objet de présenter, de façon didactique, les principales règles relatives à la commande publique.

 

  • Fin d’inscription
  • 08 oct 2017
  • Début du Cours
  • 11 sep 2017
    • Fin du cours

22 oct 2017

 

Pourquoi des images ?

ENS_Wolf

Exposé de Francis Wolff dans le cadre des Lundis de la Philosophie 2016-2017, pour la dernière séance de l’année universitaire.

“Il y a mille usages humains des images. Et elles ont mille effets sur les êtres humains. Mais pourquoi faut-il qu’il y ait pour eux des images ?
C’est la question que nous poserons, après avoir défini l’image comme la propriété intrinsèque que possède une chose visible et présente de faire voir nécessairement et extrinsèquement une chose absente.
Nous dégagerons trois niveaux d’absence, correspondant à trois types d’image et à trois degrés de représentation : le lointain (l’image annule l’espace), le passé (l’image annule le temps), l’en-soi (l’image le représente pour nous). Nous mettrons ces deux dernières capacités en relation avec l’homo religiosus, un être capable de créer des images des morts et des êtres invisibles et d’attribuer aux représentés eux-mêmes la paternité des représentations (spectres, ou images sacrées) : c’est ce ce que nous appellerons « l’illusion imaginaire » de la « transparence de l’image », dont nous tenterons de repérer les effets jusque dans les images quotidiennes. Reste le premier degré et plus généralement la capacité humaine à la représentation imagée. Nous la mettrons en relation avec l’homo metaphysicus, un être capable de rendre visible un monde fait d’une infinité d’essences immuables, comme par un langage fait d’une infinité de noms propres.”