Portrait de Gaston Bachelard

En 1961 HUBERT KNAPP et JEAN CLAUDE BRINGUIER avaient réalisé, pour le magazine “Cinq Colonnes à la une”, un rapide portrait d’un philosophe : GASTON BACHELARD. – Dans son petit appartement de la rue de la Montagne Sainte Geneviève envahi par les livres, le vieux sage à barbe blanche, alors âgé de 80 ans, avait répondu à leurs questions avec sa profonde simplicité et sa bonhomie coutumière. Au fil de la pensée, il avait parlé de sa Champagne natale, de sa carrière d’enseignant à Bar sur Aube, de ses élèves, de son petit “village” de la place Maubert, de son goût pour la poésie, des “rêveries heureuses” et des méditations tranquilles que lui inspiraient ses lectures, de la poétique de l’espace, de la verticalité essentielle d’une maison, de la magie des coins, des coffres, des armoires etc… De mille détails insignifiants qui dans sa bouche prenaient une résonance profonde. – Peu de temps après, GASTON BACHELARD mourait. – A l’occasion du dixième anniversaire de sa mort, JEAN CLAUDE BRINGUIER a repris cette interview pour l’enrichir de quelques témoignages. – Ce sont d’abord ses trois anciens élèves, Bernard PRIEUR, Pierre MOUFLE et Pierre MALGRAS – c’était là tout l’effectif de la petite classe de Bar sur Aube – qui se sont retrouvés tout étonné un matin d’hiver, dans le préau de leur école, pour évoquer leur merveilleux professeur de physique et de philosophie qui les entraînait dans des courses champêtres. – Ce sont ensuite des philosophes et des scientifiques qui l’ont connu ou qui l’ont lu et qui en ont été marqués – GEORGES CANGUILHEM, JEAN TOUSSAINT DESANTI, ANDRE LICHNEROWICZ, le Révérend Père DUBARLE, MICHEL FOUCAULT. – Car si BACHELARD n’a laissé derrière lui ni école ni disciple, s’il a toujours écarté la théorisation, son héritage invisible a influencé – plus ou moins sourdement – bon nombre de penseurs contemporains. – Témoin des bouleversements de la physique moderne, GASTON BACHELARD a en effet développé une philosophie des sciences vierge et neuve qui s’intéressait de l’intérieur aux mouvements d’idées de la création scientifique et à sa dimension de rêverie. – Il a représenté une certaine manière d’écrire et de penser, d’interroger les résonances profondes de l’esprit humain, pratiquant une véritable psychanalyse des éléments. – Il reste avant tout, dit le Père DUBARLE L’homme qui nous a guidé dans la forêt magique de nos signes et qui a su se mettre à l’écoute.